Éclaireurs 3 —Sevia Pellissier et Chuck Samuels

Loose Canon
Chuck Samuels, On Photography (2020)

Dans La mort de l’auteur, Roland Barthes dit de l’auteur qu’il ne peut qu’imiter les gestes de ses prédécesseurs et que son seul pouvoir est de mêler les écritures des autres*. Si, comme il le prétend, l’auteur est mort, que reste-t-il aux artistes pour manifester leurs réflexions ?

Depuis les années 1980, la pratique de Chuck Samuels surprend et fait rire par son ton irrévérencieux, son approche autoréférentielle et son appropriation des éléments de la culture visuelle. On Photography réitère les intérêts théoriques et esthétiques de l’artiste et devient un manifeste ironique qui, à lui seul, renferme l’essence d’une pratique maintes fois applaudie par le milieu même qu’elle critique.

La série aux apparences trompeuses présente trente portraits de grands penseurs du vingtième siècle, incarnés par nul autre que Samuels, portraits auxquels s’ajoute une vidéo. Les images que crée le photographe se déploient tranquillement dans l’imaginaire et exigent qu’on fasse appel à la mémoire pour saisir tout leur sens.

Comme les autres créations de Samuels, On Photography fait référence à la culture des images et suscite le souvenir. C’est seulement plus tard, en découvrant ou redécouvrant par hasard le véritable visage de Foucault, de Benjamin ou de Freud, que celui de Samuels peut refaire surface. Au moment où il s’y attend le moins, le regardeur se voit contraint à remettre en question son rapport à l’image et à son histoire.

On Photography réussit, en ayant recours à un tissu de citations et d’images appartenant à l’univers du connu, à créer un nouveau discours. Ainsi, celui qui regarde sans comprendre les multiples références n’est pas moins brillant que celui qui a passé sa vie à étudier les écrits de Susan Sontag. Au contraire, il est celui qui voit dès le départ ce que les canons de l’histoire de l’art sont vraiment : une panoplie de concepts reçus qui s’assoient sur l’autorité du géant qui les a proférés.

 

*« Nous savons maintenant qu'un texte n'est pas fait d'une ligne de mots, dégageant un sens unique, en quelque sorte théologique (qui serait le “message” de l'Auteur-Dieu), mais un espace à dimensions multiples, où se marient et se contestent des écritures variées, dont aucune n'est originelle : le texte est un tissu de citations, issues des mille foyers de la culture.
Pareil à Bouvard et Pécuchet, ces éternels copistes, à la fois sublimes et comiques, et dont le profond ridicule désigne précisément la vérité de l'écriture, l'écrivain ne peut qu'imiter un geste toujours antérieur, jamais originel ; son seul pouvoir est de mêler les écritures, de les contrarier les unes par les autres, de façon à ne jamais prendre appui sur l'une d'elles […]. »
(Roland Barthes, « La mort de l’auteur », dans Le bruissement de la langue. Essais critiques IV, Paris, Seuil, 1984, p. 65)

 

Sevia Pellissier est candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université Laval et commissaire indépendante. Hyperactive culturelle, elle anime l’émission À l’est de vos empires, collabore régulièrement à la revue Vie des arts et siège sur le comité d’administration de la Foire en art actuel de Québec.

 

Image ci-haut : Capture d'écran de in the land of the giants the one-eyed camera is king (2020), 8m 51s, (4:3 dans un format 16:9), vidéo HD.






After Cartier-Bresson/Barthes (2020)

 

 

After Rondeau/Baudrillard (2020)

 

 


After Cartier-Bresson/de Beauvoir (2020)


 

 


After Franck/Foucault (2020)

 

 


After Halberstad/Freud (2020)

 

 


After Greendield-Sanders/Lippard (2020)

 

 


After Dater/Newhall (2020)

 

 


After Cartier-Bresson/Sartre (2020)

 

 

After Hujar/Sontag (2020)


 

 


After Mapplethorpe/Warhol (2020)

 

 

Lien vers un extrait de la vidéo 

 

L’artiste remercie le Conseil des Arts et des Lettres du Québec ainsi que L’Imprimerie pour leur support dans la recherche et la production du projet On Photography.

 

Éclaireurs propose la rencontre d’auteurs et d’artistes en art actuel du Québec autour de pratiques en relation avec le photographique. Cette initiative, en préparation depuis quelques temps, s’est concrétisée en réponse au contexte de la COVID-19 afin de rendre visible des parcours possibles entre les images.

 

Publié le 4 juin 2020
Par VU