Couper, déchirer, inciser, voilà comment l’artiste s’approprie la photographie de paysage. À partir d’instantanés qu’elle collectionne au gré de ses voyages, Annabel Howland pervertit la découpe du réel effectuée à la prise de vue.
En éliminant des parties d’images pour n’en garder qu’une structure déroutante, elle détruit notre lien perspectif avec la photographie et transforme notre habituelle relation au temps et à l’espace.

Vernissage
29 mars 2003 20:00 - 22:00