Un système informatisé d’analyse vidéo relié à des caméras, similaire aux dispositifs de surveillance, trace et déchiffre le mouvement de poissons dans un aquarium. Réglé par la nage de ces poissons, le système d’interprétation anime une banque de données sonores, vidéographiques et de modélisations 3D. Ainsi, le comportement des poissons, véritable » partition  » chaotique, altère l’environnement visuel et sonore présenté au spectateur; les poissons sont les contrôleurs organiques imprévisibles de l’environnement virtuel généré.

Les poissons sont mous, leur nage est fluide. Ils se meuvent par eux-mêmes. L’ordinateur est dur, il » nage  » de façon rectiligne par des commandes humaines. Les deux mondes sont placés en parallèle mais ne peuvent se douter de la présence de l’autre. Ils ont besoin de l’artiste pour les mettre en scène. Et ça, seulement vous et moi le savons.

Le projet de Boris Firquet est présenté dans le cadre de la conférence nationale de L’Alliance de la vidéo et du cinéma indépendants, avec la complicité de David Michaud et du Nom de la Chose, laboratoire d’art électronique d’Avatar.

 

Vernissage
18 juin 2002 17:00 - 21:00