Pour les artistes et les penseurs de notre temps, le paysage se présente comme un objet de recherche jamais épuisé. Son abstraction nous défie, son évanescence obsède; en tant que constellation saturée de choses, le paysage nous propose une image qui confond les particularités de ses constituants.

Le centre VU, sensible à cette problématique, présente une exposition collective de trois artistes du Québec qui abordent l’insaisissable qualité du paysage de différents points de vue. Les multiples enjeux que soulèvent leurs œuvres sont mis en relief par Suzanne Paquet dans la publication qui accompagne l’exposition.

Yves Arcand, dans la tradition de la photographie topographique, nous présente des images de paysages québécois réalisées à la chambre photographique grand format. Ses photographies témoignent de la scarification de sites soumis à notre domination. Colwyn Griffith nous offre des territoires fabriqués main. À l’aide d’aliments modifiés, il compose des paysages pseudo-naturels nés d’explorations au cœur de son atelier. Isabelle Hayeur travaille à partir de photographies de paysages altérés par l’industrie qu’elle transforme à l’aide des technologies numériques. Ses fabrications hybrident sites ravagés et natures bucoliques.

Toutes ces démarches sont autant de voies d’accès à un territoire presque inaccessible…

Vernissage
22 février 2002 20:00 - 22:00